Le consistoire israélite de Paris et l’activité de boucherie (1900-1920) – Jean Laloum

concistoire

Durant les premières décennies du XXe siècle, au lendemain même de la loi de Séparation, l’ACIP est appelée à prendre en main la gestion et l’organisation financière de l’importante communauté parisienne.

En effet, quelque 48 000 des 80 000 Juifs de France résident au tournant du siècle à Paris ou dans sa banlieue.

Les fraudes répétées, relevées par le service du contrôle des boucheries dans la mise en œuvre de l’abattage rituel dans la capitale, abusent gravement de la clientèle attachée à l’observance des prescriptions alimentaires.

En outre, les commerçants bouchers et charcutiers, en se soustrayant à la redevance mensuelle que la plupart de leurs confrères acquittent, lèsent dans le même temps, les intérêts financiers de la communauté dont la taxe sur la boucherie constitue un élément appréciable dans les recettes.

Les relations entre l’institution cultuelle, les bouchers et charcutiers mais également la clientèle se sont détériorées par la méfiance et le soupçon qui ne cessent de peser sur la qualité rituelle des produits carnés.

Les amendes infligées par le consistoire pour faire cesser ces pratiques frauduleuses vont s’avérer de peu d’efficacité. En outre, la pression exercée par la communauté immigrée russo-polonaise sur la mise en œuvre de la chéhita, sa dénonciation de la profanation du chabbath par les commerçants de bouche, mais aussi la concurrence exercée en matière d’abattage incitent le Consistoire à entreprendre une vaste restauration du service de la boucherie כשר dans le sens d’une plus grande conformité rituelle.

Ces changements s’accompagnent d’une augmentation de la redevance. Malversations et sanctions alternent sans vraiment offrir de solution.

L’institution religieuse va alors modifier sa stratégie : la loi du 1er août 1905 sur la répression des fraudes dans la vente des marchandises et des falsifications des denrées alimentaires, qui font référence aux délits de tromperie ou de tentative de tromperie sur la nature, la qualité substantielle des marchandises, sur leur espèce ou sur leur origine faussement attribuée, peut parfaitement s’appliquer aux malversations commises par certains des acteurs du circuit de l’abattage rituel.

L’ACIP entreprend alors d’intenter une action judiciaire contre les auteurs de ces tromperies, une procédure qui n’allait être réalisée qu’au début des années trente.


Paul Airiau (dir.), Nourritures terrestres : alimentation et religions, Lyon, Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, Chrétiens et Sociétés. Documents et mémoires N° 29.


Télécharger l’article

Nous remercions l’Association française d’histoire religieuse contemporaine (AFHRC) et le Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA) de nous avoir autorisé à publier en ligne l’article de Jean Laloum.