Un panorama des études mongoles en France – par Isabelle Charleux et Roberte Hamayon

cnrs chine

Dans ce premier article, Isabelle Charleux et Roberte Hamayon établissent la physionomie de ce champ d’études en France et présentent leurs réalisations. Peu connues mais riches en ressources documentaires et en expertise, les études mongoles sont animées par des chercheurs et de nouveaux projets.

Le domaine des études mongoles connaît un essor notable depuis la fin du régime soviétique et l’ouverture de la Chine, qui a permis la réouverture des pays concernés à la recherche de terrain et dans les archives ainsi qu’aux échanges internationaux.

Cette aire de recherche est en grande partie issue de la formation en anthropologie dispensée par Roberte Hamayon, principalement à Paris X-Nanterre dans les années 1970, puis à l’Ecole pratique des Hautes Études (EPHE). La France est avec Cambridge – le « Mongolia and Inner Asia Studies Unit » (MIASU) – le principal pôle de l’anthropologie sur la Mongolie. Les autres disciplines, en particulier l’histoire, la sociologie, les sciences politiques, le droit, l’archéologie et l’histoire de l’art sont représentées par des chercheurs individuels . Jacques Legrand enseigne la langue et la civilisation de la Mongolie à l’INALCO (Institut des Langues et Civilisations Orientales, Paris) depuis 1973. D’autres domaines comme l’histoire médiévale, la philologie et la littérature sont aujourd’hui très peu représentés malgré leur importance passée (Paul Pelliot, Louis Hambis).

La plupart des chercheurs mongolisants travaillent sur la République de Mongolie et sont souvent russophones en plus d’être mongolophones ; une part moins importante de chercheurs (mongolophone et sinophone) travaille sur la Mongolie-Intérieure.

On peut identifier trois pôles institutionnels des études mongoles en France :

1/ Le CEMS (Centre d’Études Mongoles et Sibériennes), créé en 1969 au Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative de l’Université Paris X Nanterre (renommée depuis Université Paris Ouest Nanterre La Défense), est aujourd’hui rattaché à l’EPHE et dirigé par Jean-Luc Lambert. Actuellement installé à Paris , il dispose d’une bibliothèque spécialisée ouverte au public d’environ 6 000 volumes.

Ses membres organisent régulièrement des journées d’études. Un atelier mensuel commun CEMS-GSRL organisé par Isabelle Charleux et Virginie Vaté (sibiriologue) rassemble chaque mois doctorants et enseignants/chercheurs . Des intervenants spécialistes d’autres zones géographiques sont fréquemment invités à l’atelier à des fins comparatives.

Le CEMS publie la revue Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines (EMSCAT) sous la direction de Katia Buffetrille (tibétologue), et, en supplément à la revue, la collection Nord-Asie, dirigée par I. Charleux . La SEMS (Société des études mongoles et sibériennes) a été fondée principalement pour soutenir Nord-Asie.

Un site d’information, la base Juniper gérée par Charlotte Marchina pour le CEMS, présente l’actualité des études mongoles et sibériennes en France, ainsi que des dossiersde textes, images, documents multimedia et des bibliographies concernant ces peuples.

2/ La section de mongol au sein du département Eurasie de l’INALCO propose une licence en langue et civilisation mongoles. Dirigée par J. Legrand, la section forme une dizaine d’étudiants par promotion. L’INALCO a signé des accords-cadres avec l’Université Nationale de Mongolie (MUIS) et l’Université d’Arts et Cultures (SUIS). Des étudiants français vont étudier le mongol à Oulan-Bator et des étudiants mongols viennent régulièrement à Paris, plusieurs sont attendus à la rentrée 2015-2016.

3/ Des chercheurs du laboratoire GSRL (Groupe Sociétés, Religions, Laïcités, UMR 8582, Paris), dont certains membres sont actifs au CEMS, travaillent notamment sur les religions mongoles.

Par ailleurs, des anthropologues spécialisés sur la Mongolie enseignent dans les universités de Brest (Linda Gardelle), de Lille 3 (Alain Desjacques), deParis Ouest La Défense (Grégory Delaplace), de Strasbourg (Gaëlle Lacaze) et de Tours (Isabelle Bianquis).

Grâce à la bibliothèque, au séminaire et aux manifestations communes, ces trois pôles sont relativement bien intégrés. Après le départ à la retraite de R. Hamayon et celui, prochain, de J. Legrand, la relève est assurée : neuf enseignants/chercheurs ont un poste et trois d’entre eux sont habilités à diriger des recherches (I. Bianquis, I. Charleux, G. Lacaze). La plupart de ces enseignants/chercheurs, ainsi que des doctorants venant d’autres universités (Paris 7, Sciences Politiques…) se retrouvent à l’atelier mensuel commun CEMS-GSRL.

 Historique des projets et manifestations depuis les années 2000

De 2002 à 2005, les jeunes chercheurs du CEMS ont mené le projet (équipe blanche)Steppe, taïga, toundra du CEMS sur le thème de l’Orientation dans le monde mongol et sibérien (Geode-EPHE) qui a débouché sur une publication .Cette équipe a également participé de 2003 à 2006, sous la direction de Maurice Godelier, à la branche NECEP (Non European Components of European Patrimony) du programme européen ECHO (European Cultural Heritage Online). Il s’agit d’une base de données interactive, multimédia et multilingue, sur les cultures non-européennes dont des éléments sont conservés dans les musées européens. L’équipe en a réalisé le prototype sur les Evenk (peuple toungouse dont des groupes vivent en Chine) et leur culture, en français, anglais, russe et chinois. L’un de ses membres, Yves Dorémieux, a mis en ligne les éléments de base relatifs aux peuples mongols et à leur culture, mais son travail n’a pu être achevé faute de financement (www.necep.net).

Une coopération franco-anglaise signée entre l’EPHE et le MIASU (2003-2006) a permis l’organisation dedeux colloques à Cambridge, un colloque à Paris et quatre publications. Organisé par R. Hamayon et G. Delaplace, le colloque parisien , intitulé « Representing power in Asia : legitimising, consecrating, contesting »sur le thème des représentations du pouvoir, a réuni des spécialistes des religions de l’Asie venus des Etats-Unis, du Japon, d’Europe et de Russie. Ce colloque a permis une réflexion interdisciplinaire sur les usages de représentations, tant matérielles qu’immatérielles, faits par les diverses instances politiques d’Asie centrale et orientale à différentes époques, dans l’exercice de leur pouvoir. Les actes ont été publiés en deux volumes.

Un atelier européen Jeunes Mongolistes organisé par G. Delaplace et Yves Dorémieux (EPHE) à Songeons (Oise) du 2 au 7 janvier 2007 a rassemblé 30 jeunes ethnologues d’Europe, de Mongolie et du Japon sur les études mongoles.

Dans le domaine de l’archéologie, la Mission archéologique française en Mongolie (MAFM), créée en 1992 et reprise en 2001 par le musée Guimet sous la direction de Jean-Paul Desroches (conservateur au musée Guimet), a effectué d’importantes découvertes sur le site de Golmod (Arkhangai) pour la période hünnü (xiongnu). Elle a contribué au développement des relations franco-mongoles . Grâce à ses contacts a pu être organisée en 2009 une exposition de la collection d’art bouddhique mongol d’Altangerel à Nice Trésors du bouddhisme au pays de Gengis Khan avec la collaboration d’I. Charleux. Rappelons que le public français avait eu l’occasion de découvrir l’art de Zanabazar dès 1992-1993 lors de l’exposition Trésors de Mongolie. XVIIe-XIXe siècles au musée Guimet.

Toujours dans le domaine de l’art et de l’archéologie, la « Monaco-Mongolian Joint Expedition »sous l’égide du Musée d’Anthropologie préhistorique de Monaco (Jérôme Magail et de l’Institut de l’Académie des Sciences de Mongolie (Yerüül Erdene) réalise depuis 2008une étude archéologique de la nécropole de Tsatsyn Ereg (Arkhangai) dans une approche pluridisciplinaire à laquelle sont associées palynologie, géomorphologie, topographie, et anthropologie. Elle a également été chargée de la restauration du monastère bouddhique de Zayayn Khüree et publiera en 2015 un volume sur l’histoire et la restauration de ce monastère.

Le musée Albert-Kahn qui possède une collection de photographies autochromes prises à Oulan-Bator en 1912 par Stéphane Passet, avait en 2000-2001 confié à I. Charleux et Marie-Dominique Even la rédaction des légendes des photographies. En 2012, le musée a organisé avec leur collaboration une exposition d’une grande partie de ses autochromes à Boulogne Billancourt, puis à Oulan-Bator.

Du 10 au 13 mai 2012, un colloque international Espace et patrimoines mongols, organisé en mai 2012 par Laura Nikolov , Raphaël Blanchier, Johanni Curtet,Léa Macadré et Charlotte Marchinalors de la Semaine de la Mongolie (Paris), a rassemblé un grand nombre d’auditeurs.Ce colloque, qui a permis de faire intervenir une quarantaine de chercheurs (une grande partie venant de Mongolie et de Russie), grâce au soutien de nombreux sponsors, a eu des répercussions durables sur les échanges culturels franco-mongols. La Semaine de la Mongolie a organisé différentes manifestations artistiques (peinture, musique, danse, cuisine…) et conférence-débats académiques et associatifs pour faire découvrir la Mongolie en France. Un recueil des actes de ce colloque est en cours de publication.

Ni à l’EPHE ni au CEMS ni au GSRL le champ des études mongoles n’est isolé.

Il est largement abordé dans une perspective comparative, avec le monde russisé et sibérien au CEMS, avec les mondes centrasiatique et tibétain au sein d’EMSCAT, avec le monde chinois au GSRL. Plusieurs chercheurs sont intégrés à des projets ANR et européens sur d’autres aires culturelles. On peut notamment citer un projet consacré au nomadisme pastoral dirigé par Charles Stépanoff (EPHE), portant notamment sur les différentes formes de pastoralisme, leurs rapports au milieu environnemental et aux contraintes économiques et politiques.

Ces projets et manifestations qui témoignent du dynamisme des études mongoles en France contribuent à fédérer les différentes institutions et à diffuser la recherche auprès du grand public. Depuis les années 2000, les chercheurs sont de plus en plus sollicités pour des expositions, des manifestations et des publications grand public.