L’antisémitisme contemporain en France – Séminaires 2014/2015

Tout au long de l’année académique 2014/2015, une série de séminaires sur l’antisémitisme contemporain en France ont été organisés au sein du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL)/CNRS-EPHE, Paris, en coopération avec l’Institute for the Study of Global Antisemitism and Policy (ISGAP), États-Unis.

Dans un cadre interdisciplinaire – avec un large panel d’approches, de perspectives et de contextes régionaux – des éminent-e-s chercheurs et chercheuses ont été invité-e-s à présenter des communications sur les manifestations et les sources diverses de l’antisémitisme de nos jours.

Ces séminaires se sont déroulés dans les locaux du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités  et de l’École Pratique des Hautes Études à Paris.

Le 3 décembre 2014, les directeurs des deux instituts de recherche, Philippe Portier (GSRL) et Charles Asher Small (ISGAP) introduisent la première conférence.

Robert S. Wistrich, professeur de l’université hébraïque de Jérusalem, Directeur du Vidal Sassoon International Center for the Study of Antisemitism (SICSA) intervient sur:

L’antisémitisme et les Juifs en France, 2014 : la fin d’une époque

Il résume une situation inquiétante, même avant les attentats de janvier 2015: nombre de juifs français s’interrogent sur leur avenir en France où les actes et les paroles antisémites se sont multipliés et radicalisés depuis le début du siècle. Claudine Attias-Donfut du Centre Edgar Morin et du CNRS-EHESS, discutante de la séance, ouvre alors le débat en rappelant des événements marquants ainsi que la nécessité de travaux de recherche permettant de mieux comprendre le phénomène de l’antisémitisme en France aujourd’hui.

Voir la vidéo:

La conférence de Daniel Sibony, écrivain, psychanalyste et professeur des universités, sur :

L’énigme antisémite

le 28 janvier 2015, avec Joëlle Allouche-Benayoun comme discutante, invite à réfléchir sur les sources psychologiques de la haine contre le peuple juif, notamment chez les chrétiens (et post-chrétiens) et les musulmans.

Shalem Coulibaly, Senior Research Fellow ISGAP, New York, intervient le 4 février sur :

Terrorisme acéphale, antisémitisme et Afro-Européens

Il fait état d’un « ultra antisémitisme » représentant un continuum théologico-politique anti-juif qui, ayant traversé les siècles jusqu’à la solution finale hitlérienne, se répand sous la ruse de l’antisionisme aujourd’hui. Il s’interroge sur les raisons pour des noirs d’épouser le terrorisme international, en adoptant le langage antisémite au nom de la cause palestinienne.

Le 10 février 2015, Daniel Dayan, Institut Marcel Mauss, École des Hautes Études en Sciences Sociales, intervient sur le thème :

Antisémitisme et media

Paul Zawadzki, Université Paris I, GSRL, participe en tant que discutant.

Ils font état des mécanismes des médias qui mènent souvent a une présentation du conflit israélo-palestinien facilement interprété de façon antisémite.

Voir la vidéo:

La présentation de Jean-Yves Camus et de Lisa Sanchez, Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS), le 12 février, porte sur :

L’antisémitisme de la nébuleuse militante autour de Dieudonné M’Bala M’Bala et d’Alain Soral

Marc Hecker, IFRI, est le discutant de la séance. Les intervenants mettent en exergue l’attraction des discours antisémites radicaux pour une partie “des jeunes” et discutent du fonctionnement du “système Dieudonné”.

Voir la vidéo:

Le thème :

Antisémitisme dans les banlieues et les cités populaires

est traité par Didier Lapeyronnie, Paris-Sorbonne, CADIS (EHESS-CNRS), et Iannis Roder, Mémorial de la Shoah, Collège Pierre de Geyter (Saint-Denis). Marie-Anne Matard-Bonucci, Professeure à Paris 8 et membre de l’Institut universitaire de France est la discutante de ce séminaire qui a lieu le 5 mars.

La discussion porte sur la norme antisémite parmi certain groupes ou dans certains quartiers tout en évoquant des questions de responsabilité : comment l’individu peut-il échapper à cette norme ?

Voir la vidéo:

Georges-Elia Sarfati, Sorbonne-Paris, professeur des universités, présente le 6 mars ses observations sur les développements de l’antisémitisme en France par une communication ayant pour titre :

Le nouvel antisémitisme et les rythmes de l’information

La discutante de cette séance est Sophie Nordmann, GSRL, EPHE. Une analyse des développements sur plusieurs plans montre, d’après Sarfati,  une radicalisation et une accélération de l’antisémitisme – depuis les années 1960 et notamment depuis 2000 – et d’un discours antisémite antisioniste.

Voir la vidéo:

Jacques Tarnero, chercheur à la Cité des sciences et de l’industrie (Paris) et documentariste français, prend la suite des travaux sur l’antisémitisme le 19 mars avec une présentation ayant comme titre :

De la compassion pour les Juifs à la condamnation d’Israël

La discutante de la séance est Rita Hermon-Belot, EHESS, CéSOR.

Il montre que les années 1960, de par le rôle de Charles de Gaulle et le changement de la géostratégie de la France à cette époque, ont été  centrales pour le changement de la perception d’Israël de l’admiration à la haine.

Le 26 mars deux présentations portent sur les sondages sur l’antisémitisme en France.

Nonna Mayer, CEE, Sciences Po, CNRS, présente les résultats de ses recherche et les chiffres publiés par la Commission nationale consultative des droits de l’homme sur plusieurs années par une communication ayant comme titre :

Les sondages sur l’antisémitisme en France. Permanences et mutations des préjugés envers les juifs en France

Dominique Reynié, Fondapol, Sciences Po, présente les résultats et les motivations de son enquête sur :

L’antisémitisme dans l’opinion publique française

Martine Cohen, GSRL/CNRS est discutante de la conférence. Dans la discussion controversée sur les démarches des sondages, les intervenants sont d’accord sur le fait qu’il faut plus d’enquêtes représentatives afin de mieux comprendre les sources et les manifestations de l’antisémitisme d’aujourd’hui.

Günther Jikeli, MMZ, GSRL, ISGAP, présente le 13 avril, avec Steven Uran, CEM, Research Fellow, CESTA, Stanford University, comme discutant, les résultats d’une enquête sociologique sur :

L’antisémitisme chez les jeunes musulmans

Son enquête montre des manifestations et des sources de l’antisémitisme (et de l’anti- antisémitisme) diverses et une norme de  l’antisémitisme parmi une minorité des jeunes musulmans.

La conférence de Ilan Greilsammer, Professeur de science politique, Directeur de l’Institut d’études européennes, Université Bar-Ilan, Israël, le 20 mai avec Philippe Portier, Directeur GSRL, EPHE, comme discutant porte sur :

Sionisme, antisionisme, post-sionisme, antisémitisme : pour en finir avec les confusions sémantiques dans le débat français

D’après I. Greilsammer, l’histoire du sionisme montre que la notion de « l’antisionisme » fait peu de sens, surtout après la création de l’État d’Israël, si ce n’est pas pour nommer une idéologique antisémite. Néanmoins, une partie de la discussion tourne autour de la distinction entre l’antisionisme et l’antisémitisme, mais aussi sur des questions de la société israélienne et de la perception de son identité et celle du peuple juif.

Lors de la dernière séance, le 26 mai 2015 , Paul Zawadzki, Université Paris I, GSRL, présente un exposé sur :

Le saut dans la foi. Du vide vers le plein : dimensions des croyances fanatiques contemporaines

Gérard Rabinovitch, Institut européen Emmanuel Levinas, CNRS, Université de Paris VII Denis Diderot est le discutant de ce séminaire. Les interventions et les discussions extrêmement riches donnent des pistes de recherche pour mieux comprendre les développements de l’antisémitisme radical et anti-démocrate dans la modernité.


Günther Jikeli, Université de Potsdam et membre associé du GSRL et de l’ISGAP a été le président de séances et le responsable scientifique de la série de séminaires, préparés en coopération avec Joëlle Allouche-Benayoun, Claudine Attias-Donfut, Glen Feder, Charles Asher Small et Paul Zawadzki.


Téléchargez le résumé des séminaires en anglais rédigé par Günther Jikeli.