Afrique Contemporaine : numéro thématique sur les nouveaux christianismes

AFCO visuelUn numéro thématique d’Afrique Contemporaine (n°252, juin 2015)
sur les nouveaux christianismes

Créée en 1962 au sein de la Documentation française, la revue trimestrielle Afrique contemporaine est éditée par l’Agence Française de Développement depuis 2003.

Grâce à cette revue, l’AFD souhaite donner une plus grande visibilité aux travaux de recherche sur l’Afrique et contribuer aux débats internationaux sur les économies, les politiques et les sociétés du continent africain. Chaque numéro s’articule autour de l’actualité de l’Afrique et d’un dossier thématique, dont la présentation fait l’objet d’une conférence débat.

Après un numéro 251 consacré à la crise malgache, le n°252, qui sort au mois de juin 2015, est consacré aux nouveaux christianismes en Afrique, avec un accent particulier porté aux évangéliques et pentecôtistes.

Ce dossier a été coordonné par Sébastien Fath (chercheur statutaire au GSRL) et Cédric Mayrargue (chercheur associé au LAM).

L’Afrique et ses nouveaux christianismes

Dans une introduction fouillée (p.13 à 26) signée par les deux coordinateurs, la thématique du dossier est détaillée sous l’angle des sciences sociales, et mise en perspective dans l’histoire. Les éléments qui suivent reprennent l’amorce de cette introduction. Le temps est loin où le christianisme africain semblait synonyme de colonisation, le missionnaire européen accompagnant la « vocation civilisatrice » du Vieux Continent.

L’Afrique est aujourd’hui le laboratoire de nouveaux christianismes. Un demi-siècle après les décolonisations, les Églises, poursuivant un travail entamé des décennies auparavant, se sont recomposées, diversifiées, africanisées. Avec d’autres acteurs religieux en compétition (islam, religions locales), elles constituent une composante majeure des processus de changement social, culturel et politique qui affectent l’Afrique contemporaine.

Bible brandie au sein de la foule qui assiste au festival Hope for a new nation à Juba (Soudan du Sud), animé par le prédicateur évangélique Franklin Graham (enquête de terrain de Sébastien Fath, GSRL).

 

Mobilisation sociale et dérives sectaires

Entre économie morale et économie matérielle , elles dessinent

les contours d’une Afrique toujours « indocile »

où les nouveaux prédicateurs bousculent aussi le champ politique, via dynamiques prophétiques, mobilisation sociale et dérives sectaires.

Les Églises et mouvements évangéliques et pentecôtistes, issus de la matrice chrétienne protestante, ne sont pas les seuls moteurs de cette recomposition religieuse. Mais par leur poids démographique et leur entreprenariat prosélyte tous azimuts, ils constituent les acteurs majeurs de cette diversification de l’offre religieuse, proposant un nouveau « capital social » à des dizaines de millions d’Africains.

Le caractère relativement récent de leur essor, conjugué à l’absence d’institutions centralisées dans ces milieux, rend ces nébuleuses conversionnistes difficiles à évaluer. Dans la plupart des sociétés africaines, elles témoignent à la fois d’une influence démonstrative, tout en demeurant encore un peu méconnues, particulièrement dans l’aire géopolitique francophone, malgré le développement de recherches importantes dans cet espace depuis une vingtaine d’années.

L’objectif de ce dossier d’Afrique Contemporaine est de faire découvrir les nouveaux christianismes africains

et d’offrir des clefs d’analyse pour comprendre, au-delà de l’élément strictement religieux, les logiques d’impact de cette militance sur l’économie, la société, le politique et le champ culturel.

Ce dossier réunit un ensemble d’articles et de repères qui composent un tableau particulièrement foisonnant de la réalité des christianismes contemporains en Afrique et des dynamiques qu’ils produisent.

De Juba à Kinshasa, de Paris à Abidjan, les nouveaux christianismes de type évangélique et pentecôtiste sont étudiés dans les pages de ce dossier d’Afrique Contemporaine par

  • Jean-Pierre Bat (Congo),
  • Sariette Batibonak (Cameroun),
  • Baptiste Coulmont (affiches à Paris),
  • Nicolas Courtin (aperçu statistique pour l’Afrique),
  • Bernard Coyault (Congo),
  • Serge Dewel (Ethiopie),
  • Sarah Demart (territoires circulatoires congolais),
  • Sébastien Fath (Soudan du Sud),
  • Sébastien Kalombo (Congo RDC),
  • Cédric Mayrargue (Bénin),
  • Marie Miran-Guyon (Côte d’Ivoire),
  • Jean-François Zorn (missions).

Accent sur les pays francophones

Les études rassemblées soulignent la diversité des Eglises et des mouvements étudiés et des contextes dans lesquels ils se manifestent ainsi que des enjeux qu’ils soulèvent. Elles témoignent aussi de la pluralité des approches mobilisées par les chercheurs.

Si l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique centrale et l’Afrique orientale sont présentes dans ce dossier, un accent particulier est mis plus spécifiquement sur certains pays francophones (Côte-d’Ivoire, Congo, RDC, Bénin). Les grands pôles d’activité et de production évangéliques que sont, par exemple, le Nigéria et le Ghana en Afrique de l’Ouest, le Kenya en Afrique de l’Est ou l’Afrique du Sud, sont en effet souvent beaucoup plus documentés, notamment dans la littérature anglophone. Ils apparaissent cependant en arrière-plan dans certains des textes qui composent ce dossier. Les exemples du Soudan du Sud et de l’Ethiopie fournissent cependant un nécessaire élargissement à la réflexion.

Voir la revue Afrique Contemporaine :

sur Cairn.info
sur le site de l’AFD
sur Afrique Contemporaine