Singles in Antiquity

singles in antiquity

Christian Laes (University of Antwerp, Free University of Brussels) et Sabine Huebner (University of Basel) ont organisé une conférence sur le Célibat dans l’antiquité dans les locaux de l’Academia Belgica à Rome, du 28 au 30 mai 2015.

Face à l’actualité du thème du célibat de nos jours, les chercheurs qui ont participé à ce colloque ont souhaité approfondir la question du

célibat dans l’antiquité.

À partir de la définition de célibat jusqu’aux aspects socio-économiques, démographiques et archéologiques, des sessions diverses ont fait état de la question dans le judaïsme, le christianisme, le monde romain tout en gardant une approche comparative.
C’est dans cette perspective que Hocine Benkheira, directeur d’études à l’EPHE et membre statutaire du GSRL, est intervenu au sujet du

célibat aux débuts de l’islam.

Il explique que l’histoire du célibat en islam est étroitement liée à celle de la continence sexuelle. Le vocabulaire l’atteste : tabattul, du verbe tabattala, signifie à la fois « célibat » et « abstinence sexuelle ».
Les sources anciennes (hadith, commentaire coranique) font état d’une controverse qui aurait eu lieu peu après l’installation d’une communauté de fidèles à Médine, vers l’an 3 de l’ère musulmane. Cette controverse aurait opposé le Prophète à un groupe de disciples, qui auraient prôné la continence sexuelle ou le célibat.
C’est à cette occasion qu’il aurait prononcé une ferme condamnation de ces conduites.
Malgré tout, après la disparition du Prophète, sous ʿUṯmān b. ʿAffān (3e calife), apparaît un saint homme original à Baṣra : il s’appelle ʿĀmir b. ʿAbd Qays. Il prône publiquement le célibat.
Plus tard, au tout début du IIIe/IXe siècle, le juriste al-Šāfiʿī propose une nouvelle doctrine qui permet de surmonter l’hostilité ancienne au célibat.

 

Pour plus de détails, téléchargez le programme de la conférence et consultez le site dédié.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search