L’Europe des religions, quelles réalités pour quelles politiques?

Nicolas Kazarian (IRIS/ITO), Sylvie Taussig (CNRS) & Sylvie Toscer-Angot (maître de conférences à l’Université Paris Est Créteil et membre  statuaire du GSRL) ont organisé une série de conférences, entre novembre 2014 et mai 2015, sur le thème:

L’Europe des religions, quelles réalités pour quelles politiques?

Plusieurs intervenants ont animé les diverses séances : F. Foret, M. Botos, V. Pnevmatikakis, D. Voas, J.-F. Husson, C. Proeschel, A. Garay, S. Lathion, P. Morel, S. Akgönül, T. Paléologue, L. Fontaine.

Cliquez ici pour consultez le programme des conférences.

Ces rencontres visaient à faire un état des lieux sur les phénomènes de recomposition du paysage religieux qui affectent la France ainsi que l’ensemble des États européens et qui présentent un certain nombre de variations en dépit d’un héritage culturel proche.

L’objectif était de mettre en lumière l’extrême hétérogénéité du rapport au religieux sur le continent européen, non seulement en raison d’héritages historiques variés, de la fragmentation confessionnelle, mais à cause aussi de la constante fragilité des frontières de l’Europe. Les rencontres ont permis d’interroger

les conditions et les modalités d’un « retour du religieux » en Europe

tout en s’appuyant sur l’analyse des flux migratoires et des effets de la sécularisation sur l’affirmation et les nouvelles revendications de nombreux groupes de croyances dans l’espace public.

La réflexion a concerné non seulement les pays membres de l’Union Européenne, mais aussi ceux qui sont engagés dans un processus d’intégration (Serbie, Macédoine, Turquie).

Il s’agissait de comprendre dans quelle mesure le paradigme de « neutralité religieuse et philosophique » de l’État, dont se réclament largement la plupart des États européens aujourd’hui, est opérationnel pour dégager les attributs d’une Europe des religions et vérifier

l’impact de l’intégration européenne sur le traitement des faits religieux.

Certaines conférences ont permis de constater que la « marge d’appréciation des États » applicable aux questions religieuses, que ce soit en matière de rapport au politique (France), de visibilité symbolique (Italie), de coopération sociale (Grèce), de gestion centralisée du fait religieux (Turquie), etc., rend parfaitement illusoire l’émergence d’une politique publique européenne des religions.

Cet argument porté du point de vue des sciences politiques par François Foret (Université libre de Bruxelles) a été corroboré notamment par les travaux de la professeure de droit Lauréline Fontaine (Université Sorbonne nouvelle – Paris III) qui, étudiant les arrêts de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, a démontré l’importance du contexte national dans les prises de décision des juges européens.

Les séminaires sur “l’Europe des religions” (dans le cadre du groupe IRENE) continueront tout au long de l’année académique 2015-2016 à l’École Normale Supérieure (rue d’Ulm), animé par Claude Proeschel   (maitre de conférences à l’Université de Lorraine et membre du GSRL) et Sylvie Toscer-Angot.

La séance inaugurale aura lieu le 20 janvier de 18h à 20h avec la conférence de Jean-Paul Willaime (directeur d’études à l’EPHE et ancien directeur du GSRL/CNRS) qui aura comme thème :

Union européenne et héritage religieux.

Le programme des séminaires 2015-2016 sera diffusé ultérieurement.