Éprouver le religieux/Sensing Religion

Logo_SISR_1

 

33e Conférence de la Société Internationale de sociologie des Religions (sisr):
Éprouver le religieux/Sensing Religion, Louvain-la-Neuve (Belgique), du 2 au 5 juillet 2015.

Les membres du GSRL ont activement participé à la conférence de la Société Internationale de Sociologie de Religions (SISR) sur :

Éprouver le religieux/Sensing Religion

qui a eu lieu à Louvain-la-Neuve, Belgique, du 2 au 5 juillet 2015.
Trois sessions/ateliers de travail ont été organisées par les membres du GSRL et plusieurs d’entre eux ont présenté des papiers dans le cadre d’autres sessions.
Parmi les sessions organisées par les membres du Groupe Sociétés Religions Laïcités (CNRS-EPHE) :

1) AGENDA FOR A CRITICAL SOCIOLOGY OF RELIGION/RÉFLEXIONS POUR UNE SOCIOLOGIE CRITIQUE DES RELIGIONS

Organisateurs :

– Véronique Altglas (Queen’s University Belfast);
– Philippe Gonzalez (Université de Lausanne, Suisse) ;
Yannick Fer & Gwendoline Malogne-Fer (GSRL-CNRS/EPHE)

Ci-après l’argumentaire de la session :
Cette session vise à contribuer au développement d’une

sociologie critique des religions.

La sociologie des religions ignore ou évacue en effet trop souvent les enjeux liés aux rapports sociaux de pouvoir, privilégie les discours au détriment des pratiques et des interactions sociales.
Certes, il y a eu un certain nombre de tentatives récentes pour réorienter la sociologie des religions – par exemple en interprétant les religions en termes de communication, de spiritualité, de pratiques de consommation, ou comme vécu de la vie quotidienne).
Ces réorientations théoriques tendent souvent à perdre de vue la dimension sociale de la religion : en accentuant la part d’autonomie et de subjectivité des croyants au détriment d’une analyse des relations sociales et des interactions entre les religions et les contextes dans lesquelles elles prennent place ; et/ou en sous-estimant la manière dont les religions sont socialement instituées et organisées.
Cette session souhaite au contraire explorer les voies par lesquelles les sociologues pourraient « remettre le social au cœur de la sociologie des religions » pour contribuer à une meilleure compréhension sociologique de la vie religieuse, notamment en dialoguant avec la théorie sociologie générale et en s’intéressant aux questions d’épistémologie, de méthodologie et de réflexivité scientifique.

This session seeks to contribute to the development of a critical sociology of religions.

Too often, the sociology of religion in effect ignores issues linked to social relations of power, privileges discourses to the detriment of practices and social interactions.
To be sure, there have been a certain number of recent attempts to reorient the sociology of religion, for example by reinterpreting religions in terms of communication, of spirituality, consumer practices, or as lived in daily life.
These theoretical reorientations tend too often to lose sight of the social dimension of religion, emphasizing the autonomy and subjectivity of the believers to the detriment of the analysis of social relations and interactions among religions and the contexts in which they take place; and/or by underestimating the ways that religions as socially instituted and organized.
This session seeks, by contrast, to explore the ways that sociologists can “put the social at the centre of the sociology of religions” in order to contribute to a better sociological understanding of religious life, notable by dialoguing with general social theory and addressing questions of epistemology, methodology and reflexive sociology.

 

2) FAITH-BASED SCHOOLS FACING DIVERSITY: TRANSFORMATIONS, STRATEGIES, AND RESISTANCES/LES ÉCOLES CONFESSIONNELLES FACE À LA DIVERSITÉ: TRANSFORMATIONS, STRATÉGIES ET RÉSISTANCES

Organisatrices :
Sara Teinturier, GSRL (EPHE-CNRS) ;
– Julia Martínez-Ariño, Max-Planck Institute for the Study of Ethnic and Religious Diversity (Germany) ;
Sabrina Pastorelli (GSRL, EPHE-CNRS)

Ci-après l’argumentaire de la session :
Democratic societies are characterised in the last decades by cultural and religious diversity. However, faith-based schools are usually structured around a particular religious tradition.

What transformations and challenges does this plural situation generate for such institutions?

Different analytical levels can be considered in order to better understand the implications.
Do we witness an openness of these schools to other faiths (reception of students from different religious backgrounds, interfaith teaching of religion, accommodation of religious practices…)?

Or do we, in contrast, observe the affirmation of a strong religious identity as an expression of the resistance to the pluralisation of society?
How do teachers and school boards take into account this new situation in their pedagogical practices and the implementation of school activities?

Are school federations at the national level reflecting upon these issues?

What are the interpretations and solutions provided by other actors involved, such as trade unions, religious authorities, and parents?
The objective of this thematic session is to deepen the questions raised by Robert Jackson in 2004, limiting the scope to faith-based schools and giving priority to the strategies and practices of the actors.

With the aim of better understanding the

links between education, religion and identity

both national studies as well as comparative perspectives are welcomed in this session.
Depuis le milieu du XXe siècle, les sociétés démocratiques sont marquées par la diversité culturelle et religieuse. Or, les écoles confessionnelles se construisent généralement autour d’une tradition religieuse principale.

Quelles transformations et défis cette situation a-t-elle engendrées?

Plusieurs niveaux d’analyse peuvent être retenus pour en prendre la mesure : observe-t-on dans ces établissements une ouverture aux autres confessions (accueil d’élèves de diverses confessions religieuses, enseignement interreligieux, accommodement des pratiques religieuses … ) ?
Au contraire, est-ce l’occasion de l’affirmation d’une identité religieuse forte pouvant être l’expression d’une résistance à la pluralisation du corps social ? Comment les enseignants et les directions des établissements prennent-ils en compte cette nouvelle situation dans leurs pratiques pédagogiques et la mise en œuvre des activités scolaires ? Lorsque des fédérations scolaires existent au niveau national, des réflexions sont-elles menées autour de ces questions ? D’autres acteurs – syndicats, autorités religieuses, parents d’élèves… – peuvent également proposer leurs propres interprétations et solutions : que manifestent elles ?
Cette section thématique ambitionne d’approfondir les questions soulevées par Robert Jackson dès 2004 (Rethinking Religious Education and Plurality), en se limitant aux seules écoles confessionnelles et en privilégiant les stratégies et les pratiques des acteurs.
Sans se restreindre à l’étude d’une seule situation nationale, elle entend proposer des perspectives comparatives et mieux comprendre les liens à l’œuvre entre éducation, religion et identité.
Des études de cas, concernant le Canada, la France, la Grande Bretagne ont été présenté par différents chercheurs qui ont fait état des débats politiques et sociétaux dans des contextes nationaux divers.

Parmi eux Stéphanie Gravel, Martine Cohen, Sivane Hirsch, Amanda Van Eck, Duymaer van Twist, Alberta Giorgi, Maria Chiara Giorda et Julia Martínez-Ariño.

 

Sara Teinturier et Sabrina Pastorelli, post-doctorantes au GSRL, ont aussi brièvement présenté leurs papiers.
La communication de Sara Teinturier (chercheure postdoctorante au GSRL) portait sur :

Diversité culturelle et identités religieuses dans une société plurielle. Le cas des écoles catholiques en France / Cultural diversity, adaptations and religious identities in a plural society. The case of catholic Schools in France

Ci-après le résumé de son intervention :
En 2013, la Congrégation pour l’éducation catholique (Vatican, Rome) publie un document sur la diversité culturelle dans les écoles catholiques. Tout en relevant l’état de fait de la pluralité culturelle au sein des écoles confessionnelles, y est réaffirmée que la diversité ne saurait être acceptation d’un relativisme des valeurs, ni perte de l’identité religieuse catholique.

Comment les écoles catholiques, en France, se sont-elles adaptées à ces situations de diversité culturelle et comment ont-elles reçu le document romain ?

À travers des enquêtes menées dans plusieurs établissements catholiques de la région parisienne et de Marseille, cette communication cherche à relever les adaptations et les résistances en œuvre au sein des établissements.
La logique d’ouverture y est bien souvent réaffirmée. Cette ouverture ne va pas sans impact sur la redéfinition de l’identité catholique de l’établissement. Pour prendre la mesure de ces impacts, deux enjeux sont particulièrement étudiés.
Observe-t-on l’adaptation des propositions de type confessionnel (« catéchèse », « pastorale ») ? Comment sont recrutés et formés les enseignants qui, dans les écoles sous contrat, bénéficient de la liberté de conscience?
Sabrina Pastorelli (chercheure postdoctorante au GSRL) est intervenue au sujet de :

La gestion publique des écoles privées confessionnels : Une approche comparative et internationale /Religious Oriented Private Schools and Public Policies: A Comparative and International Approach

Ci-après le résumé de son intervention :

Cette communication se propose de prendre en compte la recomposition du religieux à partir du cas des écoles privées confessionnelles. L’attitude des institutions publiques face à la pluralisation religieuse croissante et aux demandes de reconnaissance (directe ou indirecte) et de visibilité dans l’espace public de la part des mouvements religieux, témoigne de la manière dont ces institutions gèrent la diversité religieuse croissante. Les traditions historiques, la conception de la citoyenneté et d’autres éléments sociopolitiques influencent la gestion des écoles privées confessionnelles.
Nous nous concentrerons sur les questions relatives aux politiques d’admission des élèves, les financements des écoles privées et l’école à domicile dans le cadre d’une approche comparative internationale et à travers l’analyse de certaines décisions de justice.

 

3) LES CATHOLICISMES DEVANT LES NOUVELLES FORMES DE RÉGULATION DE L’ESPACE PUBLIC/CATHOLICISMS IN THE CONTEXT OF REGULATING NEW FORMS OF PUBLIC SPACE

Organisateurs :
–  Philippe Portier (GSRL, CNRS-EPHE) ;
–  E.- Martin Meunier (CIRCEM, École d’études sociologiques et anthropologiques, Université d’Ottawa)

Ci-après l’argumentaire de la session :
Les configurations dominantes des liens entre religions instituées et États se sont modifiées au cours de la période récente : on a assisté à une redéfinition de la place des communautés de croyances dans les systèmes de sens et d’action sur le fondement desquels les États agencent leur action.
Cette transformation, pensée parfois sous le concept de «déprivatisation », a partie liée avec la définition que les religions se donnent désormais d’elles-mêmes, et de la portée de leur action sociale et politique.
De discrètes (et parfois même effacées qu’elles étaient), plusieurs de ces religions ont réévalué leur rapport au monde social et politique en lui donnant une tournure plus engagée, n’hésitant pas à se faire entrepreneurs de causes sociales et politiques. Le catholicisme s’inscrit dans ce schéma.
Sa redéfinition socio-politique varie évidemment selon les événements, mais aussi selon les trames et traditions nationales.

Elle est marquée aussi par la reconfiguration globale de sa place au sein des sociétés nationales, en particulier par le procès de sécularisation des pratiques et des institutions, qui caractérise le passage d’une société marquée du sceau d’une culture catholique dominante à une société post-catholique.
Le but de cette session est de mieux comprendre, devant les transformations de la religion dans l’espace public au XXe et XXIe siècles,

la teneur et la diversité des logiques de redéfinition des catholicismes et leur portée effective

via une approche comparative, centrée d’abord sur la zone européenne mais aussi américaine (du Nord et du Sud) où le catholicisme fut, jusqu’à il y a peu, en situation de dominance sociale.

Nous proposons d’articuler la réflexion autour de quatre points essentiels :

  1.   Les transformations du rapport religion/politique dans les sociétés postcatholiques, en mettant l’accent sur la comparaison des expériences et des périodisations.
  2.   Les transformations internes des catholicismes devant les changements de l’espace public, tant sur le terrain des registres de sens que sur celui des répertoires d’action.
  3.   Les liens entre les catholicismes les cadres stato-nationaux, en un temps marqué par la globalisation.
  4.   La réception des nouveaux modes d’action des institutions catholiques par les autorités publiques.

 

The dominant configurations of ties between institutionalized religions and the state have evolved in recent times: we have witnessed a redefinition of the place of communities of believers in the construction of systems of meanings and actions on which states model their actions. This transformation, which has sometimes been described as a “de-privatisation”, is tied to the definition that religions give of themselves, as well as to the reach of their political and social actions.

Despite having retrenched or sometimes faded away, many of these religions re-evaluated their relationship to the political and social world by taking a more engaged turn, not hesitating to get involved in social and political causes.

Catholicism is part of this scheme. Catholicism’s sociopolitical redefinition, of course, varies across events, but also according to national frames and traditions. It is also marked by the global reconfiguration of Catholicism’s place within national societies, particularly by the process of secularization of practices and institutions that characterizes the transition from a society marked by a predominantly Catholic culture to a post-Catholic society.
This session seeks to understand the content and the diversity of redefinition logics of Catholicisms as well as their effective range in the context of transformations of religion in the public space throughout the Twentieth and Twenty-First centuries.

This will be explored through a comparative approach, focusing first on Europe, but also on the Americas (North and South) where Catholicism has, until recently, been in a situation of social dominance. We propose to articulate the reflection around four key points:

  1.   The transformations in the relationship between religion and politics in postCatholic societies while focussing on the comparison of trajectories and periods.
  2.   The transformations of Catholicisms in the context of changes in the public space, both in the field of registers of meaning and in terms of repertoires of action.
  3.   The links between Catholicisms and the nation-state frame in an era marked by globalization.
  4. The reception of Catholic institutions’ new modes of action by public authorities by measuring their strategies of resistance.

 

La communication présentée par Philippe Portier (directeur du GSRL) portait sur :

Les mobilisations catholiques en France (2000-2014)/Catholic Mobilizations in France (2000-2014)

Ci-après le résumé de son intervention :
Comme l’a montré l’épisode du « mariage pour tous », le

catholicisme retrouve en France une nouvelle jeunesse politique.

On présentera ici, à partir de plusieurs dossiers (celui du mariage, celui de l’euthanasie, celui de l’art), ses modes d’intervention.

Trois points seront abordés.

On s’arrêtera d’abord sur les objectifs de ces mobilisations, en soulignant qu’elles s’emploient toutes à ré-infuser des significations substantielles dans le système législatif de la société contemporaine, sans pour autant remettre en cause la différenciation des sphères propre à la démocratie moderne.

On portera attention aussi à leurs répertoires d’action, en montrant comment les acteurs impliqués utilisent des technologies d’intervention très marquées par les « nouvelles formes d’action démocratique ».

On analysera enfin les rhétoriques mises en œuvre lors de ces mobilisations, en insistant sur la place prise dans ces mouvements par la thématique de l’identité.

 

3) MUTATIONS ET ÉVOLUTIONS DU MONDE JUIF : JUDAÏSME ET JUDAÏCITÉS DANS LES SOCIÉTÉS CONTEMPORAINES/TRANSFORMATION AND EVOLUTION IN THE JEWISH WORLD: JUDAISMS AND JUDAICITIES IN CONTEMPORARY SOCIETIES

Organisatrice : Joëlle Allouche-Benayoun

Ci-après l’argumentaire de la session :
Dans la continuité de l’atelier mis en place depuis 2011, nous nous interrogerons sur les évolutions du judaïsme et des sociétés juives contemporaines.

Tant d’un point de vue « interne » : comment être juif en diaspora après la Shoa ? Quels en sont les effets sur l’être juif ?, que d’un point de vue plus global et externe : où vivent les Juifs dans le monde au début du 21ème siècle ? Qu’en est-il des migrations juives depuis la deuxième moitié du 20éme siècle ? Quelle place le judaïsme et les Juifs occupent-ils dans l’imaginaire des sociétés contemporaines ? Quid de la permanence et du renouveau de l’antisémitisme en Europe et dans les pays musulmans ?
Cet atelier devrait permettre de réfléchir à ces questions en s’appuyant de façon tant unilatérale que croisée sur les concepts issus de la Sociologie, de l’Anthropologie, de l’Histoire, de la Psycho-Sociologie, etc.
This working group has been in place since 2011 and focuses on changes in contemporary Judaism and Jewish society. It is a reflection from within the community itself, our thoughts about change extends to the following questions: Where do Jews live today? What can we say about their recent migrations? What are their real and their symbolic places in contemporary sociéties? Questions on the permance and rise of antisemitism in Europe and Muslim countries?
This working will allow for a reflection intersecting concepts from the disciplines of Sociology, Anthropology, History, Psycho-Sociology, etc.
Lors de l’atelier, Joëlle Allouche-Benayoun (membre du GSRL) a présenté un papier ayant comme titre :

 Les conversions de musulmans au judaïsme en France aujourd’hui /Conversion of Muslims to Judaism in France Today.

Ci-après le résumé de son intervention :

La recherche, en cours, porte sur les

conversions au judaïsme de musulmans

hommes et femmes, ces dix dernières années en  France.

Principalement dans les synagogues libérales, mais pas seulement.
Dans le contexte actuel difficile des relations judéo musulmanes, ces converti-e-s revendiquent leur choix au nom de leur « proximité idéologique » avec le judaïsme, leur rejet de l’islam, et la distance prise avec ce qu’ils et elles nomment « les dérives islamiques ».
Parmi eux moins se convertissent dans le cadre d’un mariage avec un-e juif (-ve) que dans le cadre d’un cheminement personnel.

La communication présentera des études de cas, et s’appuiera sur les travaux antérieurs de l’auteur sur la question des conversions.

 

AUTRES SESSIONS

Dans la session STS 02/1 : Pentecostalism, Religious Experience, and the Body/Le pentecôtisme, l’expérience religieuse et le corps, Yannick Fer (membre du GSRL) a présenté un papier sur :

« Bodies, Emotional Experiences and Social Norms: From Pentecostal Dilemma to Charismatic Informalization/Corps, émotions et normes sociales : Du dilemme pentecôtiste à l’informalisation charismatique».

Ci-après le résumé du papier présenté :
Pentecostalism has built its distinctive identity on the “baptism in the Holy Spirit” and, more generally, the experience of the “gifts of the Holy Spirit”. This charismatic dimension implies a set of necessary emotions, within the frame of a subjective experience focused on the “personal relationship with God” as a means of salvation.
This communication will explore the tensions between the quest for these necessary emotions and the strong concern for social respectability implied by conversion. The experiences of the Holy Spirit indeed tend to put converts at odds with dominant social norms of self-discipline.

And yet, the effectiveness of the “changed life” they hope for depends strongly on these emotional experiences, seen as a medium of communication with God: becoming able to speak and listen to God is part of an effort of self-reformation that seeks social respectability and implies the respect for the ethical rules of conduct governing the life of “honest citizens.”

Drawing mainly on fieldwork done in Polynesia – where the conviction that “the visible body is emblematic of morality” (Eves, 1996) has been strongly ingrained by the early British Protestant missionaries – I will examine the ongoing evolution from classical Pentecostal morality to the “informalization of manners” fostered by more recent Charismatic movements.
The rise of these new charismatic practices are in affinity with the contemporary advent of a “third nature” allowing a greater openness to emotions – even “dangerous” ones –which can now be experienced without shame or fear of losing self-control, as these experiences are felt by individuals who own (and are seen as owning) an inalienable capacity of self-regulation (Wouters 2010).
Shifting from the Pentecostal conviction that a “pagan memory” is smoldering in Polynesian bodies, charismatic movements promote a liberation of the body, based on a less social and more individuated understanding of moral consciousness: The question is no longer, “Is it right to do this?” but rather, “Is the person doing this a true Christian?”

I will show how this shift entails new opportunities to re-appropriate bodily expressions of culture such as indigenous dances, in the name of free self-expression.

Dans la session STS 13/7: La religion dans l’espace public/The Religion in the Public Sphere, Alireza Khoddami (chercheur postdoctorant au GSRL) a présenté un papier sur :

« Nouvel espace rituel en Iran : Le cas de la retraite des jeunes à Chiraz/A New Ritual Space in Iran: The Case of the Youth Retreat in Shiraz »

Ci-après le résumé du papier présenté :
La retraite (é’tékâf) est un des rituels recommandés de l’islam. Par un ensemble de prières et d’invocations, le mo’takef (retraitant) vise à purifier son âme. Jusqu’à il y a peu de temps, ce rituel se pratiquait de façon sporadique et en petits groupes en Iran. Mais depuis quelques années, l’encadrement de cette cérémonie a été officiellement confié à Chiraz, un des plus grands centres urbains du pays, à un centre de propagande religieuse.
Depuis, la retraite ne cesse d’attirer un nombre croissant de la population de la ville mais aussi de fidèles provenant de villes et villages proches et lointains.
Force est de constater que l’écrasante majorité des retraitants se compose déjeunes.
Tant dans leur mode d’engagement que dans leurs attitudes et comportements, ils manifestent au cours de cette assemblée quelques traits qui diffèrent de ce que l’on s’est habitué à voir dans l’espace de sociabilité religieuse.
L’étude de la retraite de Chiraz nous permet ainsi de mettre en évidence quelques-uns des changements du mode de manifestation du religieux en Iran contemporain.
Après avoir dessiné brièvement le portrait du groupement chargé de son organisation, nous présenterons les principaux résultats de l’enquête – sous forme d’entretiens et d’observations ethnographiques – que nous avons pu mener au cours de la cérémonie.

 

Dans la session STS 17/1: Agenda for a Critical Sociology of Religion/Réflexions pour unesociologie critique des religions
Hicham Benaissa (doctorant au GSRL) a présenté un papier sur :

« La sociologie des religions à l’épreuve d’une sociologie de l’islam français/The Sociology of Religion to the Test of the Sociology of French Islam»

Ci-après le résumé du papier présenté :

La France a connu au lendemain de la seconde guerre mondiale l’arrivée d’un flux important d’immigration de populations en provenance d’anciens territoires colonisés, quasi majoritairement issues des terres musulmanes. Dès lors, nous sommes en droit de supposer, qu’à compter de cet événement migratoire aux impacts multiformes dans les sociétés de départ (émigration) et d’arrivée (immigration), « l’islam », dès lors qu’il se « déterritorialise», qu’il s’arrache de ses traditions culturelles historiques pour évoluer à l’intérieur d’un paysage économique et social nouveau, crée nécessairement du(es) sens nouveau(x) que le sociologue est conduit à interroger afin d’en saisir les ressorts et les principes.
Dans ce contexte, cette irruption implique une « véritable transmutation des comportements et des valeurs » (Bourdieu, 1958) qui ne peut se réduire uniquement à une analyse des discours ou des expériences religieuses, car c’est prendre le risque de ne pas voir l’ensemble des transformations et reformulations que « l’islam » subit en pénétrant au sein de structures sociales nouvelles (C. Geertz, 2006). Mieux, ne pas prendre en compte ces mutations, c’est céder à une définition tautologique de « l’islam » qui prend les effets pour les causes, sans établir de lien avec l’ensemble des déterminations auxquelles il est lié socialement.
La classification des savoirs disciplinaires renforce la classification des objets scientifiques (Bourdieu, 1976), de sorte que la sociologie des religions, et par là la sociologie de «l’islam », délimite son savoir à la dimension proprement religieuse du phénomène religieux en même temps qu’elle assure sa propre autonomie. La sociologie de « l’islam » français, en tant que savoir nouveau, ne peut se faire sans une sociologie de la sociologie de l’islam, ce qui revient à interroger les présupposés épistémologiques de la sociologie des religions en général, construits en relation directe avec les présupposés théologiques chrétiens (K. Lowith ; P. Gisel). À partir d’une enquête quantitative (160 questionnaires) et qualitative (35 entretiens semi-directifs) menée auprès d’entrepreneurs musulmans socialisés en France, nous souhaiterions présenter une typologie des rapports à la croyance et aux pratiques qui nous amènera à interroger le paradigme de la sécularisation.

 

Dans la session 56/1 – Issues of Authenticity/Questions d’authenticité, Valérie Aubourg (chercheure postdoctorante au GSRL) a présenté un papier sur :

« La vocation en milieu néo-pentecôtiste à l’île de la Réunion : Authenticité et idéal type du pasteur/Vocation In The Neo-Pentecostal Environment in Reunion Island: Authenticity and the Ideal Type of Pastor »

Ci-après le résumé du papier présenté :
Né aux États-Unis au début du XXe siècle, le pentecôtisme se caractérise par l’expérience du baptême dans l’Esprit-Saint qu’il promeut et les manifestations surnaturelles qui en découlent: glossolalie, prophétie, guérison. Initié dans le creuset du protestantisme, ce mouvement privilégie une foi concrète et immédiate. Les adeptes de ce milieu insistent sur le thème de la conversion qui les amène à rompre avec leur lignée croyante. Revendiquant un retour au christianisme primitif, ils se présentent comme les seuls dépositaires d’un message chrétien authentique.
De par ces différentes caractéristiques, le pentecôtisme entretient un rapport de congruence avec les évolutions religieuses contemporaines: il concourt à la fluidification des itinéraires, il contribue à l’individualisation du croire, il participe à la fragilisation des institutions, il met à distance la tradition. Ainsi, le pentecôtisme fournit-il un exemple pertinent des mutations observées par les dynamiques d’authenticité et les modifications enregistrées en raison d’un «nouveau régime d’expérience ».
À l’île de La Réunion, le pentecôtisme s’est implanté par vagues successives à partir de 1966. Depuis les années 80, l’île française assiste à la multiplication d’assemblées néopentecôtistes indépendantes. En érigeant à leurs têtes des pasteurs locaux autoproclamés, un pas de plus paraît être franchi dans le sens de la désinstitutionalisation du religieux.

Les nouveaux ministres du culte se présentent comme des élus de Dieu :

non seulement leur vocation n’est pas légitimée par les autorités ecclésiales mais elle ne s’appuie pas non plus sur leur motivation personnelle. Au contraire, ils se doivent même d’insister sur leur réticence a priori à l’exercice d’un tel ministère. Le caractère insensé du projet accréditera d’autant plus son authenticité.
Lors de la même session, Alfonsina Bellio (chercheure postdoctorante au GSRL) a présenté un papier sur :

« Domestiquer le surnaturel : Authenticité en débat et prophétie en Calabre contemporaine/Domesticating Supernatural: Authenticity in Debate and Prophecy in Contemporary Calabria »

Ci-après le résumé de sa communication:

Le champ religieux calabrais a profondément changé dans une arche temporelle restreinte : aujourd’hui se présente ici une réalité complexe, en oscillation continue entre mémoire de la civilisation paysanne et rupture avec le passé, entre action de domestication ecclésiastique et
diffusion de nouveaux mouvements religieux.

Un regard panoramique sur le

pattern contemporain de la prophétie, voyance et médiumnité calabraises

ses enjeux et ses transformations, montre une telle richesse et articulation qui rendent nécessaire une focale multiple, une pluralité d’approches interprétatives.

Cette intervention abordera le thème du débat autour de l’authenticité dans le champ religieux contemporain en Calabre, par l’angle spécifique des transformations que dans les décennies récentes ont caractérisé les formes de prophétie, médiumnité, voyance. Le contact
direct au surnaturel, vit ici un processus de rationalisation géré par l’Église, qui en façonne toute expression au nom d’une authenticité du croire et d’une manifestation rituelle correcte.

À travers la présentation de cas ethnographiques spécifiques, la communication focalisera l’attention sur le passage de formes de contact direct au surnaturel qui ont caractérisé cette zone socio-culturelle jusque aux années 1960/1980, aux phénomènes religieux contemporains. Au passé, la culture agropastorale exprimait ici le contact direct au surnaturel par moyen de figures médiatrices, femmes pour la plupart, censées être à mesure de communiquer avec les morts dans un état soudain, et considéré comme spontané, analogue à la transe. Cette intermédiation représentait une forme d’incorporation de l’ « autre », à travers la possibilité de participation aux cortèges processionnels des morts en tant que vivant.

Dans la session : WGT 06 : Mutations et évolutions du monde juif : Judaïsme et judaïcités dans les sociétés contemporaines/Transformation and Evolution in the Jewish World: Judaisms and Judaicities in Contemporary Societies plusieurs membres du GSRL ont présenté un papier et notamment :
1) Aurélien Gampiot (GSRL, CNRS) sur :

« Juifs noirs : Un cas de rapport entre judaïsme et ethnicité/Black Jews: A Case Study of the Relation Between Judaism and Ethnicity »

Ci-après le résumé de son papier:

La mise en place, depuis 2007, d’un mouvement associatif : la Fraternité Judéo-noire, a révélé la présence noire jusqu’alors méconnue et peu étudiée dans les milieux juifs de France. Il s’agit des Juifs natifs ou convertis originaires d’Afrique, d’Amérique et d’Antilles qui laissent entrevoir l’hétérogénéité croissante du paysage religieux juif, offrant à la recherche de nouveaux éléments riches d’observation et de compréhension de l’identité juive sous l’angle de la relation interethnique.

Comment se placent ces acteurs religieux dans leur intégration aussi bien dans les institutions juives que dans la société française?

C’est à cette double facette qu’a porté notre étude depuis le début du millénaire en nous intéressant aussi bien à l’expression de leur engagement associatif qu’à leurs parcours individuels religieux et identitaires.
2) Valérie Assan (chercheure postdoctorante au GSRL) sur :

« Mémoires juives en réseaux : Les associations d’histoire et de mémoire des Juifs en France/Jewish Memory on the Network: History and Memory Jewish Associations in France »

Ci-après le résumé de sa communication:
Cette communication propose d’étudier un objet qui n’a donné lieu à aucune investigation jusqu’ici, selon nous :

les sociétés savantes et associations qui, en France, se fixent pour but de transmettre l’histoire des Juifs.

En effet, il existe aujourd’hui des sociétés d’histoire des Juifs d’Alsace et de Lorraine, de Tunisie, d’Algérie ou encore de Turquie, mais aussi des sociétés généalogiques spécifiquement consacrées aux Juifs.
On livrera les premiers résultats d’une enquête de terrain qui vise à faire un premier état des lieux. On retracera la chronologie de l’émergence de cette petite constellation. On s’intéressera aux acteurs, aux activités déployées par ces associations, à leur rayonnement, à leurs adhérents. On s’interrogera également sur les liens entre histoire et mémoire au sein de ces associations.

3) Paul Zawadzki (membre du GSRL) sur :

« Jalons pour une sociologie non sociologiste de l’antisémitisme/Steps for a Non-Sociological Sociology of Anti-Semitism »

Ci-après le résumé de son papier:
L’analyse sociologique de l’antisémitisme contemporain rencontre fréquemment

le problème du sociologisme.

Du moins, le sociologisme y apparait peut être de manière plus éloquente qu’ailleurs.

La condamnation morale qui reste attachée à l’antisémitisme rend souvent plus apparent le problème de la dissolution des responsabilités dans les causes qui apparait dans nombre de textes ou d’entretiens signés par des spécialistes de sciences sociales On se propose de partir de là, pour approfondir un certain nombre de dilemmes méthodologiques et épistémologiques que l’on rencontre souvent dans l’étude de l’antisémitisme, et plus généralement des « objets détestables ».
L’enchevêtrement des enjeux moraux et cognitifs qui les caractérise pose en retour des défis à la méthode d’analyse. Il ne s’agit pas de jeter le soupçon sur les auteurs, ni d’avancer sur le terrain politique ou moral, mais de prendre au sérieux cet enchevêtrement pour préciser les contours d’une sociologie non sociologistes des « objets détestables ».
Dans la session STS 13 : La religion dans l’espace public/The Religion in the Public Sphere, Anne Lancien (doctorante au GSRL) a présenté un papier sur :

« L’impact du déclin de l’État providence sur la sécularisation des sociétés : Étude d’un mouvement laïque français/The Waning of the Welfare State and its Impact on Secularisation of Societies: An Analysis of a French Secular Movement »

Ci-après le résumé de son papier:

Anthony Gill et Erik Lundsgaarde, deux universitaires américains, ont proposé en 2004 une analyse de la sécularisation, liant État providence et religiosité des sociétés. Leur théorie était la suivante : “religious social mobilization and political involvement are more likely in countries with less extensive welfare system”.
Cette contribution vise à vérifier si une relation inverse peut être constatée concernant les mouvements laïques.

L’intervention publique dans le domaine social favoriserait-elle, au-delà de la sécularisation des sociétés, l’essor d’organisations laïques ?

Il s’agit de confronter la théorie de Gill et Lundsgaarde au cas de la France et à l’un des principaux mouvements laïques du pays, la Ligue de l’enseignement. Nous nous intéresserons ainsi à

l’impact de l’État providence sur l’influence et l’engagement politique et social de la Ligue de l’enseignement.

L’étude portera de la fin des années 1950 à nos jours et sera menée à partir d’archives du mouvement (Congrès, réunions statutaires, publications, etc.) et d’entretiens menés avec des responsables de celui-ci.

 

Dans la session STS 21/4: Religion and Public Institutions: New Practices and Religious Secular Dynamics/Religion et institutions publiques: Nouvelles pratiques et dynamiques religieuses-séculières, Diletta Guidi a présenté un papier sur :

« Penser les enjeux de ‘la politique culturelle de l’islam’: L’exemple de l’Institut du monde arabe (1980-2015)/The “Cultural Policy of Islam” in France: An Analysis of Contemporary Issues through the Example of the Institut du monde arabe (1980-2015) »

Ci-après le résumé de sa communication:
Cette présentation s’inscrit dans le cadre d’un travail de thèse commencé en 2012 qui porte sur la sociohistoire des (re)présentations de l’islam dans les politiques culturelles françaises. L’hypothèse principale de cette étude est l’existence, au sein des politiques publiques de la culture, d’un ensemble cohérent et identifiable de mesures entièrement consacrées à l’islam et responsables de la construction de l’image publique de celui-ci :

« la politique culturelle de l’islam ».

L’orientation de cette politique varie en fonction des époques et des objectifs poursuivis par les différents acteurs. Ce sont les évolutions les plus récentes que nous proposons d’analyser, à travers l’étude d’une institution particulièrement représentative des dynamiques à l’œuvre au cours de la période :

 l’Institut du monde arabe (IMA).

Premier espace d’exposition permanente entièrement consacré au « monde arabe », l’Institut ouvre ses portes en 1987. Le projet de création du musée, porté par l’État en partenariat avec les pays de la Ligue Arabe remonte au début des années 1980 ; il était alors prévu de l’appeler « Musée d’Art et de Civilisation Arabo-Islamiques », un nom qui sera abandonné pour des raisons que nous étudierons.
Dans les années 2000, concurrencé par d’autres structures émergentes (le département des Arts Islamiques du Louvre, l’Institut des cultures d’islam, la Cité nationale d’histoire de l’immigration et le Musée des civilisations d’Europe et de Méditerranée) et affaibli par des difficultés financières, l’IMA semble être amené à revoir son image et à infléchir sa politique. Il se saisit alors des enjeux contemporains, se positionnant comme une institution de référence face à une demande publique de discours sur l’islam.
Le capital de l’IMA s’est progressivement ouvert aux financements privés. Cependant, l’aide de l’État, principal partenaire financier depuis la création de l’Institut, n’a pas diminué ; il a même augmenté significativement dans les dernières années pour compenser le retrait de certains pays arabes touchés par la guerre. Ce soutien financier, venant s’ajouter à un parrainage politique continu, révèle l’importance de l’IMA dans la stratégie culturelle de l’État et amène à s’interroger sur les enjeux de l’orientation suivie par cet espace symbolique.

 

Dans la session STS 29 Faith-Based Schools facing Diversity: Transformations, Strategies, and Resistances/Les écoles confessionnelles face à la diversité: transformations, stratégies et résistances, Martine Cohen a présenté un papier sur :

« Les écoles juives en France: Quelle identité juive transmettre dans une société multiculturelle ?/Jewish schools in France: In which Jewish identity educating children in a multicultural society? »

Ci-après le résumé de sa communication:
La transmission d’une identité collective s’avère tout à la fois stimulée et difficile dans une société multiculturelle. Notamment du fait de la contradiction entre une politique promouvant les différences culturelles portées par des collectifs d’un côté, et de l’autre l’individualisme qui est au cœur de cette option différentialiste et qui pose alors un défi à la transmission intergénérationnelle de toute identité collective.
Comment les écoles juives en France abordent-elles ce défi ? Dans quelle mesure la diversité de leurs réseaux et de leurs « offres identitaires » correspond-elle à des réponses différenciées ? Dans quelle mesure ces réseaux accordent-ils une valeur au principe de liberté individuelle alors que leur objectif est de perpétuer une identité collective juive ?

 

Dans la session STS 27/1 Politiques, religion et gestion de la diversité religieuse/ Politics, Religion and Management of Religious Diversity,
Gwendoline Malogne-Fer a présenté un papier sur :

La pratique de la laïcité à Bordeaux : héritages et recompositions d’une laïcité catholicocentrée/The Management of Religious Diversity in Bordeaux: Legacy and Reshaping of a Catholic-Centred Laïcité

 

Ci-après le résumé de son papier:
A partir d’enquêtes de terrain effectuées en 2014 dans le cadre du programme Norma, cette communication analyse la gestion locale de la diversité religieuse à Bordeaux, ville dirigée depuis 1995 par le maire UMP Alain Juppé.
La représentation – implicite ou explicite – des différentes « sensibilités » religieuses sur les listes municipales élaborée par le maire précédent (1947-1995) Jacques Chaban-Delmas ainsi que la sollicitation des acteurs religieux au sein des instances consultatives établies dans le cadre de la politique de proximité constituent un premier exemple des enjeux politiques et des modalités concrètes de prise en compte des appartenances religieuses dans la vie politique locale, particulièrement en période électorale.
La mise en place de « Bordeaux-Partages » en 2008 est un second exemple de mise en scène des relations entre autorités municipales et religieuses à travers l’organisation d’une conférence annuelle animée par le maire dont l’objectif est de mettre en avant la participation positive des religions au « vivre ensemble » bordelais.
Au-delà de l’exercice de communication, ces rencontres annuelles nécessitent une politique municipale de reconnaissance des acteurs religieux susceptibles de participer à ces conférences publiques et incitent à s’interroger sur

les limites d’une « municipalisation » du dialogue interreligieux.

Enfin l’étude des relations entre acteurs religieux et municipalité montre l’importance des enjeux financiers autour des lieux de culte (projet de construction d’une grande mosquée, rénovation des lieux de culte catholiques et protestant anciens, dont certains sont propriétés de la ville de Bordeaux), et des subventions versées aux associations d’origine confessionnelle œuvrant dans le champ de l’action sociale et sportive. Ces enjeux financiers recoupent des enjeux idéologiques particulièrement visibles lors des débats relatifs aux subventions accordées aux écoles primaires privées sous contrat.
Ces recherches mettent en évidence une préoccupation municipale majeure – la nécessité d’accorder une place et une visibilité plus grandes aux Musulmans de Bordeaux – et la confortation de deux acteurs principaux dans cette gestion locale de la diversité religieuse : la municipalité et le diocèse catholique qui partagent une histoire et des intérêts communs.