Soutenance d’HDR de Jean Laloum

Le 15 septembre 2015, Jean Laloum (membre statutaire du GSRL) a soutenu son habilitation à diriger des recherches.

Le « mémoire inédit » traite de

La politique d’aryanisation économique des biens juifs, mise en œuvre durant le régime de Vichy, en Algérie (1941-1943)

 

Le parcours de recherche

Le sujet de ce travail d’HDR s’inscrit dans la continuité du parcours académique de Jean Laloum. Dans la trame événementielle de la France de Vichy et de la collaboration, ses premiers travaux universitaires portaient sur un espace de recherche qui demeurait encore très largement en friche, s’inscrivant dans une démarche que l’on pourrait qualifier de “pionnière”.

C’est en effet dès 1975, à l’instigation du secrétaire du Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, Claude Lévy, qu’il entreprend

une étude biographique sur le deuxième commissaire général aux Questions juives, Louis Darquier, dit de Pellepoix

par le biais d’un mémoire de maîtrise dirigé par le professeur Jacques Droz.

Quelque temps après, sa thèse en histoire portant

sur l’organisation et l’activité du commissariat général aux Questions juives, sous l’angle en particulier de sa politique de dépossession économique

dirigée par le professeur André Kaspi, toujours à l’université de Paris I, lui donne l’occasion de revisiter le travail fondateur de Joseph Billig (Joseph Billig, Le Commissariat général aux Questions juives (1941-1944), Paris, Éd. du Centre, 1955-1960 [3 vol.]), portant sur une dimension longtemps absente de l’historiographie des années noires.

La plupart de ses premiers travaux, en s’attachant à mettre volontairement en arrière-plan la dimension politique, l’observation du rôle de l’État et des institutions à travers l’édifice législatif et réglementaire – sans pour autant l’ignorer – ont privilégié une approche s’appuyant davantage sur l’étude de la société, serrant au plus près la diversité des attitudes et des engagements. Cette approche, bâtie sur une plus grande attention apportée aux parcours individuels, cette analyse « vue d’en bas »  se veut, en somme, centrée sur une meilleure perception de la base.

Les premiers travaux de Jean Laloum ont concerné différents aspects du judaïsme et de l’histoire des populations juives, en France métropolitaine et en Algérie, comme les bouleversements dans l’organisation cultuelle, au travers, par exemple, des réactions consécutives à la loi de décembre 1905 qui marqua une rupture entre les Églises et l’État, dans le lent processus de laïcisation de l’État et de la société, un phénomène étudié à partir des articles et chroniques publiés dans la presse israélite.
L’entre-deux-guerres, a été l’occasion de multiplier les investigations touchant à l’immigration des originaires d’Europe centrale et orientale à Paris, leur mode d’organisation, leur stratégie développée en vue de hâter leur insertion dans la communauté nationale, ou encore, ayant trait à leur lecture singulière de la conformité rituelle en matière de prescriptions alimentaires. Les regards croisés dans le quartier parisien du Marais – entre ces héritiers de la culture yiddish et leurs coreligionnaires natifs d’Afrique du Nord qui se sont implantés tout au long du siècle dernier dans la capitale -, ont fait l’objet de recherches académiques renouvelées. Les brimades et les vexations infligées aux Juifs d’Algérie, durant le régime de Vichy, la singularité de certaines mesures propres à la colonie, ont également donné lieu à plusieurs travaux.

Le regard porté sur

la condition des populations juives durant les “années Vichy”

a ouvert la voie à toute une série d’études. Celles-ci se sont tour à tour attachées à exposer la situation des “nouveaux statufiés” dans la capitale, ou dans certains quartiers, comme celui de Saint-Gervais précisément. Leur stratégie de survie, le mode d’assistance sociale très contrôlé – fait d’entraves et d’interdictions quotidiennes – auquel ils sont désormais astreints, ont aussi fait l’objet d’analyses fouillées.

Jean Laloum a approfondi bien d’autres facettes de cette condition juive, axées sur le sort de l’enfance, touchant à la mise en place de maisons d’enfants sous la férule de l’UGIF – l’Union Générale des Israélites de France, organisme institué en novembre 1941, par volonté conjointe des occupants et des dirigeants de l’État français – ou encore aux rapports judéo-musulmans – abordés sous l’angle du sauvetage d’adultes et d’enfants juifs, à l’initiative de la Mosquée de Paris.

Une histoire toujours en débat,entre une écriture produite

à partir des sources d’archives ou alors mise en scène à travers le prisme d’une version narrative romancée, aux accents regorgeant d’humanité

portée il y a encore peu, à l’écran (Les hommes libres d’Ismaël Ferroukhi, drame français sorti en septembre 2011).

 

La thèse HDR sur la spoliation des biens juifs
Un dernier grand thème fait en quelque sorte le pont et assure la jonction avec le « mémoire inédit » présenté pour la soutenance HDR, celui de la spoliation des biens juifs.

Les recherches ayant trait à la politique d’aryanisation économique menée de pair par l’État français et l’occupant, ont été introduites relativement tardivement dans le champ des études historiques. Depuis les travaux de Joseph Billig parus dans les années 1955-1960 et traitant des missions et de l’activité du commissariat général aux Questions juives, le sujet n’avait pas rencontré au sein de l’université, d’étudiants intéressés à l’approfondir ou à le prolonger, tout comme il n’avait pas mobilisé le monde des enseignants à solliciter leurs étudiants dans cette direction.

Ce n’est que près de trente ans après que les premiers mémoires de maîtrise leur fut consacrés, suivis quelques années après, de soutenance de thèses de type monographique, thèses dont les plus importantes ont été publiées.

La mise en place en mars 1997 de la « Mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France », dite Mission Mattéoli, chargée d’examiner les conditions de la spoliation des Juifs par l’occupant et par le gouvernement de Vichy, les modalités de restitution de ces biens intervenues depuis la Libération, ainsi que le sort advenu à ceux encore détenus par l’État, a contribué à modifier durablement la situation.

En effet, le retentissement de ces travaux dans l’espace médiatique et auprès de la société civile, a, par incidence, considérablement accru l’intérêt accordé désormais à ce sujet au sein de l’université. L’intitulé d’un nombre important de masters, de thèses, voire d’HDR intégrait – peu ou prou –, la problématique de cette forme de dépossession. Ainsi, les travaux universitaires traitant de la question, se sont progressivement multipliés, couvrant nombre de régions et de villes métropolitaines.

Parmi les recommandations formulées par la Mission Mattéoli, un des points concernait les territoires pour lesquels la recherche devait être poursuivie : avec celui de l’Alsace-Moselle, l’Algérie y était nommément désigné. Le souhait de la mission n’eut pourtant pas de suite et demeura à l’état de vœu pieux.

Quelles considérations alors avancer pour expliquer ce profond décalage d’études d’un bord à l’autre de la Méditerranée ?

Première raison avancée,

la quasi confidentialité des sources d’archives disponibles et/ou consultables en Algérie.

L’historien Yves Aouate parle de « chasse aux fantômes » en s’y référant (Yves C. Aouate, Les juifs d’Algérie pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), thèse pour le doctorat de troisième cycle, Nice, centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC), 1984). Cette situation, rapportée à l’espace métropolitain, est pour le moins, très différenciée.

Quelques données chiffrées permettent d’illustrer cette forte disparité : pour la colonie, à titre exemple, la totalité des dossiers d’aryanisation conservés aux Archives nationales d’outre-mer, les ANOM, à Aix-en-Provence, se monte à 260 unités, des dossiers plus souvent lacunaires que complets.

Comparativement à la Métropole, pour le seul département de la Seine d’alors – à savoir 80 communes entourant Paris, y compris la capitale –, ce nombre atteint près de 27 000 dossiers, précisément répertoriés et conservés aux Archives nationales, dans la sous-série AJ38.

Pour l’historien, la question des sources est primordiale. Elles fondent et authentifient, en quelque sorte, son travail. L’historien Jean-Baptiste Duroselle, grand spécialiste de l’histoire des Relations internationales, évoquait en septembre 1994, dans une des dernières interviews qu’il accordait au grand quotidien du soir, Le Monde, les deux principales composantes inhérentes au métier d’historien :

« Le premier élément est décisif, avançait-il : l’historien doit chercher les événements. Ce n’est qu’après avoir accumulé les événements les plus précis possibles qu’intervient le second élément, l’interprétation. Si l’historien n’interprète pas, s’il n’essaie pas de trouver des explications, il ne fait pas son métier» (“Un entretien avec Jean-Baptiste Duroselle”, Le Monde, mardi 20 septembre 1994, p. 2.).

JOA_flou

Arrêté du 14 mars 1942 paru au JOA n° 24 du 31 mars 1942, p. 217

Pour en revenir aux sources touchant à la politique d’aryanisation économique appliquée à la colonie, l’exploitation de la totalité des arrêtés de nomination d’administrateurs provisoires publiés au Journal officiel de l’Algérie, arrêtés de nomination auxquels sont associés le nom, la raison sociale et l’adresse de leurs administrés, a néanmoins contribué à dresser un cadre quantitatif et géographique précis de l’activité spoliatrice.

Seconde raison susceptible d’expliquer le peu d’engouement rencontré dans l’exploitation des sources d’archives demeurées en Algérie et pour lesquelles la consultation se révèle malaisée, provient du

caractère – disons, pour le moins sensible –, de la thématique, lorsque celle-ci est évoquée ou abordée en Algérie.

En juillet 2015, une directrice de recherche au CNRS, directrice à l’Institut de Recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), Karima Dirèche, en exposait l’intensité du rejet :

« En Algérie, il y a une véritable amnésie de l’histoire des Juifs, réellement, pour des raisons liées aux conditions de leur départ, pour les raisons liées à l’histoire coloniale, et pour des raisons idéologiques liées au conflit israélo-palestinien, on est véritablement dans une situation de déni et les récits historiques s’en ressentent complètement et quand on aborde aujourd’hui la judaïté, hé bien c’est toujours un sujet qui est extrêmement sensible et absolument pas politiquement correct » (Émission sur Arte, mardi 28 juillet 2015 « Juifs et musulmans – Si loin, si proches » 3e volet : La séparation : 1789-1945).

Relativement aux spécificités ayant trait à l’Algérie quant à la politique de dépossession, plusieurs critères les caractérisent.

La durée d’abord : en l’espace d’un peu plus de dix mois, entre le 23 décembre 1941 et le 26 octobre 1942, près de 2 900 arrêtés de nominations d’administrateurs provisoires y sont très précisément recensés, alors qu’en métropole, celles-ci couvrent une période de presque quatre années, d’octobre 1940 à août 1944, et concernent plusieurs dizaines de milliers d’individus (Ordonnance relative aux mesures contre les Juifs du 27 septembre 1940. Art. 4 : « Toute entreprise dont le propriétaire ou le détenteur est juif, devra être désigné comme « Entreprise juive » par une affiche spéciale en langues allemande et française jusqu’au 31 octobre 1940 »).

Autre spécificité marquée, les catégories visées par la mise sous administration :

  • en métropole, la moindre activité comme celle de brocanteur, le plus modeste outil de travail, à l’image de la machine à coudre, en font l’objet  ;
  • en Algérie ces catégories consistent en des biens plus importants, plus pondéreux, comme l’immobilier, les exploitations agricoles ou encore certaines activités commerciales.

Troisième singularité, les populations qui en sont victimes, sont dans leur quasi totalité, des citoyens français. En effet, le décret d’octobre 1870 – le décret Crémieux –, les déclarant français et qui réglait jusqu’alors leurs droits politiques, fut abrogé par la loi du 7 octobre 1940. Dès lors, les droits civils, le statut réel et le statut personnel des Juifs – désormais indigènes –, se trouvent réglementés par les mêmes textes qui fixent les droits politiques des indigènes musulmans de la colonie.

Suivant la trilogie énoncée dans un ouvrage de Raul Hilberg, “Exécuteurs, victimes, témoins ” ( Raul Hilberg, Exécuteurs, victimes, témoins. La catastrophe juive (1933-1945), Paris, Gallimard, collection NRF Essais, 1994), les exécuteurs se confondent très majoritairement, dans le contexte de la colonie, aux Européens. Ainsi dès 1870, au lendemain même de la promulgation du décret Crémeux, fut créé la première Ligue antijuive d’Algérie, qui combattait précisément cette décision législative, une revendication qui demeura une constante du discours antisémite tout au long de la IIIe République : l’antijudaïsme, l’antisémitisme, allait en effet très massivement investir la vie politique européenne : crise antijuive de 1898, leaders et partis politiques antijuifs, campagnes de boycott, manifestations parfois suivies de pillages, le tout corrélée à une population forgée de longue date, aux préjugés antijuifs. Sous le régime de Vichy, ce sont eux qui postulent en nombre à la fonction d’administrateurs provisoires et se portent acquéreurs de biens juifs.

Aujourd’hui, l’étude de la politique d’aryanisation économique menée en Algérie, peut sembler être en décalage, aller à contre-courant des autres recherches historiques concernant l’ancienne colonie. L’importance des travaux académiques consacrés au processus de décolonisation, aux années de guerre ainsi qu’aux cadres sociaux, économiques et politiques du jeune État algérien, auxquels s’agrègent les enjeux mémoriels, constituent depuis des années, l’axe privilégié adopté à l’université.

La nécessité de revisiter et – donc de compléter cette temporalité – était pour Jean Laloum bien réelle. La plupart des travaux historiques consacrés aux Juifs d’Algérie – à l’instar de ceux de Maurice Eisenbeth, Michel Ansky, Richard Ayoun, Yves C. Aouate, Michel Abitbol, André Chouraqui, et quelques autres – avaient été édités et/ou soutenus il y a déjà plusieurs décennies. Depuis peu, de nouvelles recherches doctorales ont été engagées et publiées, à l’exemple de celles menées par Valérie Assan (Valérie Assan, Les Consistoires israélites d’Algérie au XIXe siècle, « L’Alliance de la civilisation et de la religion », Paris, Armand Colin/Recherches 2012) et Pierre-Jean Le Foll-Luciani (Pierre-Jean Le Foll-Luciani, Les Juifs algériens dans la lutte anticoloniale. Trajectoires dissidentes (1934-1965), Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection « Histoire », 2015). Ce nouveau souffle donné à l’historiographie rapportée à ce pays du Maghreb, qui explore de nouvelles perspectives, semble de meilleure augure.

Objectifs de l’étude
L’étude que Jean Laloum a entreprise dans le cadre de cette soutenance d’HDR, répond selon lui, à un triple objectif :

contribuer à une connaissance plus aboutie touchant à l’un des aspects particulièrement méconnus de la politique raciale – l’aryanisation économique –

engendrée par le Gouvernement de Vichy en Algérie. Exposer aussi la volonté d’immobilisme à laquelle s’est heurtée la procédure de rétrocession de ces biens, autant de la part des autorités que de la propre administration en charge de ladite restitution.

Le second objectif a été de

proposer une approche comparative à partir du véritable gisement de travaux historiques consacrés au processus de spoliation versant métropolitain,

les éléments de comparaison se référant autant à la procédure de dépossession qu’aux populations incriminées.

Enfin, dernière vertu corrélée à cette recherche, c’est qu’elle puisse contribuer, dans une perspective citoyenne, à

servir de matériau d’expertise

auprès de la Commission pour l’indemnisation des victimes de spoliations intervenues du fait des législations antisémites en vigueur pendant l’Occupation, la CIVS, placée sous l’autorité administrative du Premier ministre. L’objectif est de contribuer à fournir des éléments d’appréciation à son collège délibérant, aux requêtes formulées par les victimes ou par leurs ayants droit, pour la réparation des préjudices consécutifs aux spoliations de leurs biens, intervenues du fait des législations et mesures antisémites prises par les autorités de Vichy, en Algérie.

 

Composition du jury :

  • Laurent Douzou, professeur des universités en histoire contemporaine à l’institut d’Etudes politiques de Lyon;
  • Hervé Joly, directeur de recherche CNRS UMR 5206 Triangle, université de Lyon;
  • Michel Margairaz, professeur d’histoire économique contemporaine à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne et directeur de l’IDHES-CNRS;
  • Denis Pelletier, directeur d’études à l’EPHE;
  • Philippe Portier, directeur d’Habilitation, directeur d’études à l’EPHE et directeur du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL-EPHE/CNRS);
  • Antoine Prost, professeur émérite à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne;
  • Sylvie Thénault, directrice de recherche au centre d’Histoire sociale du XXe siècle.

 

Note : Ce billet a été écrit à partir d’un résumé que Jean Laloum nous a mis à disposition.