L’enseignement religieux à l’école en France et en Allemagne: enjeux, limites et évolutions possibles des différents modèles

Le GSRL et le DAAD, à l’initiative de Sylvie Toscer-Angot, ont organisé le 4 décembre 2015, une journée d’étude franco-allemande, ayant comme thème :

L’enseignement religieux à l’école en France et en Allemagne: enjeux, limites et évolutions possibles des différents modèles

20151204_021416_Rue Pouchet

Une dizaine de chercheurs de plusieurs pays ont participé à cette journée et notamment :

  • Wolfram Weiße, professeur émérite à l’Université de Hambourg et directeur de l’Académie des religions du monde (Akademie der Weltreligionen) ;
  • Thorsten Knauth, professeur en sciences des religions à l’Université de Duisburg-Essen ;
  • Jana Philippa Ditz, doctorante à l’Université de Hambourg ;
  • Jean-Paul Willaime, directeur d’études émérite à l’EPHE ;
  • Sara Teinturier, post-doctorante à l’Université de Montréal (Chaire Gestion de la diversité culturelle et religieuse) ;
  • Lola Petit, doctorante à l’EPHE ;
  • Carol Ferrara, doctorante en co-tutelle (EPHE / Boston University) ;
  • Claire de Galembert (CNRS) ;
  • Céline Béraud (Université de Caen, CEIFR) ;
  • Sylvie Toscer-Angot (UPEC, GSRL).

Alors que l’on oppose traditionnellement l’enseignement des faits religieux en France, intégré à des disciplines déjà existantes au collège et au lycée, à l’approche allemande qui garantit dans les écoles publiques un cours de religion distinct en fonction des confessions des élèves, les deux pays se révèlent être des laboratoires pour des expérimentations originales. C’est ce qu’ont montré les contributions consacrées aux écoles privées (catholiques ou musulmanes) en France, au régime concordataire en Alsace-Moselle ou au modèle hambourgeois du « cours de religion pour tous » (Religionsunterricht für alle), qui représente une singularité allemande d’autant plus intéressante pour un public français qu’il ne s’agit pas d’un cours confessionnel, mais d’un enseignement interreligieux dont l’organisation est assurée par des représentants de différentes religions (protestants, musulmans, alévis, bouddhistes…).

Plus en détail, Wolfram Weiße intervenant sur « Pupils views on religious diversity and interreligious dialogue in Hamburg. A case study » a fait état des recherches du réseau ReDi-Project et d’une étude de cas portant sur l’analyse des points de vue des étudiants d’une école de Hambourg vis-à-vis des questions de gestion de la diversité religieuse. De son côté Thorsten Knauth : « Encountering Religious Pluralism in Schools. A discussion about forms of RE and their conceptual approaches in Germany », revient sur la question de la religious education (RE) et met l’accent sur comment la situation de fait de pluralisme religieux croissant remet en cause le système actuel de RE.
Jana Philippa Ditz, qui présente une communication ayant comme titre : “Hamburg‘s State Contracts with Religious Communities and Religious Education”, livre les résultats de sa recherche de terrain sur les écoles musulmanes Alevi, sous contrat avec l’État, à Hambourg

C’est Jean-Paul Willaime, directeur de recherche émérite à l’EPHE et ancien directeur du GSRL, qui introduit le cas français et les questions liées à l’enseignement du fait religieux à l’école. Il introduit également la question de l’enseignement laïque de la morale à l’école publique avec un rappel de la situation particulière de l’Alsace-Moselle.
En ce qui concerne le cas français, Lola Petit, doctorante au GSRL sous la direction de Philippe Portier, dans son papier sur « The teaching of laïcité and religious facts in French public elementary school » nous livre les premiers résultats de son travail de terrain dans les écoles primaires publiques et sur la manière dont on enseigne le « fait religieux ».
C’est ensuite Sara Teinturier, chercheure postdoctorante au GSRL et à l’Université de Montréal dans le cadre du programme Religion & Diversity Project, qui fait état de son travail de recherche sur les écoles privées catholiques en France et montre comment face à la diversité religieuse croissante les écoles catholiques ont su adapter leurs enseignements.
Carol Ferrara livre les résultats de son travail de terrain auprès des écoles privées musulmanes en France. Elle expose la situation de ces écoles, l’organisation interne, le public, les enseignants et montre comment ces écoles essaient de forger une identité à la fois musulmane et citoyenne.

La richesse des contributions et des discussions a montré à quel point la question de la transmission des valeurs religieuses et séculières à l’école est un enjeu majeur dans un contexte de pluralité religieuse et culturelle croissante.

Cette journée d’étude a été l’occasion d’échanges très riches et stimulants et de réflexions interdisciplinaires entre chercheurs confirmés et plus jeunes chercheurs appartenant à des champs disciplinaires variés (sociologie, sciences politiques, anthropologie, ethnologie, sciences des religions et sciences de l’éducation).

 

Télécharger le programme