De la Mongolie à l’Asie centrale, identités nomades et organisation de l’espace régional : mémoire et représentations

indexLe labex DynamiTe (PRES HéSam) supporte un projet de recherche sur le thème « Routes de la soie : aspects culturels ». Parmi les axes de recherche du projet, une attention est portée à l’étude de la régionalisation de certaines pratiques culturelles qui se sont diffusées de la Mongolie à l’ Asie centrale et à l’examen de la mise en place d’identités particulières liées à l’imaginaire ethnique.

Le colloque :

« De la Mongolie à l’Asie centrale, identités nomades et organisation de l’espace régional : mémoire et représentations »

a réuni des chercheurs autour des thématiques liées au fonctionnement des territoires animées par des pratiques de gestion de l’espace propre aux peuples nomades de la Mongolie à l’Asie centrale.
La rencontre scientifique a eu lieu à Paris le 11 et 12 décembre 2015 et plusieurs chercheurs du GSRL ont présenté leurs travaux.
La première journée fait état de la cartographie et les relations de voyages depuis le Moyen Âge.
C’est dans ce cadre qu’Isabelle Charleux, chercheure au CNRS et directrice adjointe du GSRL, présente sa communication ayant comme titre:

Cartographie de l’espace mongol dans les cartes de bannière du XIXe et du début du XXe siècle

Dans son exposé Isabelle Charleux met en évidence que si nombre de travaux sur les Mongols ont souligné le rapport tout particulier qu’ont les nomades à l’espace et à l’environnement, il est vrai que les cartes géographiques ont encore été peu étudiées d’un point de vue d’historien d’art alors qu’il s’agit de « productions culturelles qui révèlent une façon de percevoir et de construire le monde, des interprétations subjectives de la réalité telle qu’elle est perçue par l’œil humain ».

Son étude se concentre alors sur un corpus de 200 cartes de bannières afin d’étudier le choix à l’origine des diverses représentations de l’espace mongol, le rapport entre l’écrit et l’image, les informations privilégiés par le cartographe, etc. tout en considérant que ces cartes sont avant tout des documents politiques, mais peuvent aussi être considérées comme « scientifiques ».

Elle se concentre alors sur les raisons des éventuelles distorsions par rapport à la réalité.

La communication de Roberte Hamayon, membre statutaire du GSRL et directeur d’études émérite à l’École Pratique des Hautes Études, a comme titre :

« Jalonner l’espace de haltes d’ esprits ».

Dans son exposé, elle explique que les deux types d’espace qui se partagent l’Asie Intérieure, la taïga et la steppe, sont perçus comme des donnés de la nature, livrés aux interprétations des humains et « marqués » par les peuples qui y vivent pour en organiser l’usage.

Chaque marquage est d’une part attribué à la nature qui apporte un signe singulier (mélèze fourchu, rocher en surplomb, grotte…). D’autre part, il est aussi culturel (accrochage de crins ou de rubans, amoncèlement de pierres ou de branchages).

Roberte Hamayon, souligne que l’analyse des lieux marqués permet d’établir d’une part les corrélations entre la nature des esprits qui peuplent ces espaces, celle des lieux et des marques ainsi que des pratiques afférentes.

L’analyse des lieux marqués permet enfin d’éclairer les représentations qu’ont ces peuples du cycle de vie et du sentiment d’appartenance.

La deuxième journée des travaux du colloque, porte sur « L’espace et la mémoire entre Mongolie et Asie centrale ».

C’est dans ce cadre que Thierry Zarcone, directeur de recherches au GSRL, intervient au sujet de la :

Mémoire du bouddhisme chez les musulmans du Xinjiang: réappropriation des patrimoines et discours imaginés.

Sa communication est centrée sur le Turkestan oriental où, à partir du Xe siècle, à la suite de combats entre l’islam et le bouddhisme, ce dernier disparaitra au sud de la région et ne se maintiendra qu’au nord jusqu’au XVe siècle environ.

Thierry Zarcone explique que l’ islam s’imposant ensuite de manière définitive au Turkestan oriental, n’éradiquera pas le patrimoine sacré du bouddhisme.

Il analyse donc les raisons de cette islamisation sans éradication du patrimoine bouddhique et les représentations de la religion bouddhiste qui se sont imposées grâce aux travaux d’historiens et hagiographes locaux des siècles derniers.


Télécharger le programme du colloque.

Télécharger le résumé des communications.