L’évolution du discours des experts du fait religieux en Russie postsoviétique : de la modernité « laïque » vers la tradition standardisée

Dans le cadre de la deuxième rencontre du Labex HASTEC, Kristina Kovalskaya, doctorante au GSRL sous la direction de Philippe Portier, expose le thème de sa recherche qui porte sur :

L’évolution des discours des experts du fait religieux en Russie post-soviétique

Voir la vidéo de son intervention :

 

Résumé de la communication rédigé par Kristina Kovalskaya :

Dans le cadre de l’athéisme soviétique ou du traditionnalisme pro-orthodoxe après 1991, la religion fut l’objet de la préoccupation experte explicite dans la Russie contemporaine.

Tout en gardant des continuités importantes, l’expertise de la religion a subi des changements après l’effondrement de l’URSS.

Les anciens experts en religion, affiliés à des départements de l’athéisme, se sont reconvertis en sociologues, philosophes, politologues, journalistes ou bien des fonctionnaires des cultes.

Plusieurs spécialistes de l’Orient sont devenus islamologues.

Ces changements disciplinaires reflètent non seulement la diversification du savoir expert sur le religieux, mais aussi la restructuration de la connaissance sur la religion, la ré-formation de son objet et apparition de nouveaux accents : la laïcité, l’extrémisme, la tradition.

Ainsi, la sécularisation imminante selon la vision soviétique a été transformée en laïcité nécessitant, d’après certains, de la protection, même si évoquée dans la Constitution postsoviétique.

L’islam, qui échappe désormais au champ sémantique « Orient » vu la présence de plus en plus forte de l’islam russe et international, reçoit des fortes connotations « extrémistes », à la différence de la période soviétique, où n’importe quel croyant actif était considéré comme fanatique.

Enfin, la notion de la tradition entre, d’un côté, dans le discours officiel moralisant et standardisant, et de l’autre côté, dans les revendications nationalistes des minorités (le cas des Tatars).

Paradoxalement, en s’opposant à l’élaboration forcée de la norme religieuse (la promotion des religions « traditionnelles ») par l’État et gardant la mémoire des persécutions sécularisantes de l’époque soviétique, les mouvements integristes associent les approches athées et laïques et le nouveau discours traditionnaliste, instrumentalisés dans la lutte contre « l’extrémisme religieux ».

 

Télécharger le programme du séminaire organisé par le Labex.